Connectez-vous S'inscrire
Revue de Management et de Stratégie
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

« Je flunche puis on se skype » : Comment les verbes de marques investissent notre langage






Googler, ubériser, twitter, shazammer… Le « brandverbing » semble être la nouvelle panacée marketing.



Bien que l’on puisse observer depuis l’après-guerre de nombreux phénomènes de récupération de noms de marques pour en faire des noms communs (un Bic, un Kleenex, le Ping Pong, etc.), la réutilisation des noms de marques dans le langage contemporain a pris une toute autre dimension depuis les années 2000. Aujourd’hui « on parle la marque » : on ne peut plus rendre compte de notre activité quotidienne sans utiliser des verbes de marques comme « googler », « skyper », « twitter ». Ce faisant, les marques qui sont ainsi « brandverbisées » prennent des positions dominantes dans le marché comme dans la société. Ceci n’a pas été sans inspirer toute une génération de publicitaires qui, dans la lignée historique d’un Flunch, poussent les grandes marques à privilégier un tel langage avec des campagnes comme « Do you Vespa ? » ou « Will you Gopro ? ». Reste qu’au-delà de l’effet de mode, on ne connaît pas bien les clés du succès d’un processus de « brandverbing », comme on ne mesure pas exactement les effets bénéfiques d’un tel processus sur la marque en question.

Lire la suite sur le site de la Harvard Business Review

 






Facebook
Twitter
Rss
Mobile