Connectez-vous S'inscrire
Revue de Management et de Stratégie
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Leadership et management : les méthodes éprouvées par l’armée sont-elles transposables aux entreprises?




La Rédaction


L’armée est, dans l’imaginaire collectif, le symbole même d’une organisation hiérarchique strictement pyramidale. Entre obéissance aux ordres et exigence de discipline, la notion de management pourrait sembler très éloignée de son acception générale dans le monde civil. Pourtant, loin de ces idées reçues, les écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan dispensent depuis plusieurs années des formations en management et leadership pour entrepreneurs de haut niveau. Tirées de l’expérience miliaire en matière de gestion des hommes dans les situations les plus extrêmes, et transposées aux spécificités de l’entreprise, ces formations sont très prisées, car elles constituent une réponse adaptée aux difficultés rencontrées par les managers du monde moderne. Explications avec Cyril Barth, directeur de la Fondation Saint-Cyr.



Leadership et management : les méthodes éprouvées par l’armée sont-elles transposables aux entreprises?

Quelle est la définition ou la conception militaire du management ?

Le commandement militaire repose sur l’esprit de corps. Au-delà de l’esprit d’équipe, il se caractérise notamment par l’engagement personnel au service de la réussite collective, la solidarité entre les membres d’une même unité d’appartenance et la fierté de servir (1).

Pour pouvoir susciter et entretenir cet esprit de corps, les élèves-officiers en formation initiale apprennent d’abord les rudiments de la tactique. Ils analysent des situations données et définissent les objectifs à atteindre pour garantir la victoire. Ils traduisent leurs réflexions en ordres, et fédèrent les énergies pour que l’effort de chacun contribue au succès. Ils recherchent systématiquement les conditions du dépassement de soi qui permettront, au final, d’atteindre les objectifs fixés et seront le ciment de la fierté d’une réussite commune.

Pour porter de beaux fruits, cet enseignement nécessite une solide culture générale, et une articulation équilibrée entre enseignement théorique et expérience pratique. Les jeunes officiers devront exercer les responsabilités de chef à l’entrainement, pour être efficaces dès la fin de leur formation. Les décisions qu’ils prendront alors et les ordres qu’ils donneront dès les premières opérations extérieures peuvent être lourds de conséquences. Il est donc indispensable qu’ils soient bien formés à l’art du commandement. 

Quelle différence entre management et commandement ?

Management vient de l’anglais to manage, qui signifie se débrouiller (2) ou encore, gérer, diriger, réussir à faire quelque chose. C’est le résultat qui est mis en avant, la réussite.

Commandement vient du latin Caput, c’est-à-dire la tête. Il signifie prescrire, imposer, mener, diriger (3). C’est l’initiative qui est mise en avant, le cap à suivre.

Les deux expressions ont pour finalité la conduite d’une opération ; elles ne sont pas différentes dans l’esprit, mais se complètent. Il est systématiquement nécessaire de mobiliser des compétences individuelles, de les conjuguer et de les ordonner à la réussite. Dans le premier cas, c’est le consensus qui est mis en exergue et qui met les gens en mouvement alors que dans le second cas c’est la volonté d’un chef. Dans les deux cas, la réussite sera conditionnée par  l’adhésion des individus, et donc par une forme subtile de l’exercice de l’autorité. Dans les armées, elle est érigée en principe : tout le monde le comprend, car l’exercice du métier des armes nécessite parfois que, pour les intérêts supérieurs de l’Etat, la violence légale soit exercée. Pour y parvenir, il faut certes donner un ordre. Mais cet ordre sera d’autant mieux exécuté, dans la lettre et dans l’esprit, qu’il sera compris et accepté librement, sans contrainte. 

Peut-on apprendre le leadership ? (être chef, inné ou acquis ?)

Il y a certainement une part d’inné, mais pas seulement : comment expliquer sinon que des personnes charismatiques faillissent dans l’exercice du pouvoir ?

Le leadership est une alchimie délicate, un équilibre entre écoute active et affirmation d’une volonté. Il est rare de pouvoir changer le caractère d’une personne, mais il est possible de modeler sa façon d’agir avec des techniques et méthodes qui lui permettront de développer ou d’améliorer son leadership.

Parmi les saint-cyriens, peu sont des leaders innés en arrivant aux Ecoles. C’est la formation qu’ils vont recevoir qui les rendra capables, au terme de leur scolarité, de conduire les hommes et les femmes qui leur sont confiés.


La Rédaction





Facebook
Twitter
Rss
Mobile