Connectez-vous S'inscrire
Revue de Management et de Stratégie
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Entreprises et Education : extension du domaine de l’apprentissage




Geoffrey MARTINACHE


Le capitalisme industriel basé sur l’accumulation de marchandise standardisée et sur le rôle central joué par les usines est aujourd’hui révolu. La production signifie moins fabriquer des produits en masse que de construire une nouvelle expérience du monde. Aujourd’hui l’appropriation des connaissances et la production d’innovation sont l’enjeu essentiel des entreprises et fondent désormais le capitalisme cognitif. La production n’est plus séparée de la conception. Les réseaux et les laboratoires de recherche remplacent les usines et les connaissances font l’objet d’échanges mondiaux.



Notre conception traditionnelle du travail et de l’entreprise est perturbée. La classification de la population entre actif et inactif n’a plus de sens. Les frontières entre le travail et le temps libre s’estompent. Le salariat et le management évoluent également vers une libération des liens de subordination. Les priorités organisationnelles des entreprises s’orientent vers des stratégies d’innovation nécessitant une mobilisation différente des ressources humaines, des compétences et de la personnalité des collaborateurs. Dans cette guerre de l’appropriation des connaissances, les questions du bien être au travail et de la prise en compte des compétences individuelles prennent une place considérable. Le capitalisme cognitif attribue un rôle essentiel à l’innovation, qui permet à une entreprise de se maintenir dans un contexte de concurrence accrue. L’innovation ne peut être traitée uniquement à travers le prisme technologique. Cette stratégie nécessite une diversification des compétences, une organisation et des investissements juridiques notamment qui visent à cadrer la production, la valorisation et la protection de connaissance.
 
Plusieurs innovations technologiques de rupture incarnent ce capitalisme cognitif. Plusieurs cabinets d’étude [1] ont listé celles qui auront le plus d’impact sur la transformation et la création de nouveaux marchés : la possibilité de consulter internet depuis son smartphone, la possibilité de stocker nos données personnelles sur un cloud et de les consulter depuis un quelconque équipement informatique, les objets connectés permettant de perfectionner le corps humains, l’impression 3D, l’immersion dans un univers grâce à la réalité virtuelle et l’intelligence artificielle. Elles ont toutes été rendues possible grâce à la valorisation de la connaissance donnant lieu à une innovation.
 
En permettant à plusieurs unités d’être en contact constant, la plupart de ces innovations [2] technologiques ont introduit le modèle collaboratif soutenant le capitalisme cognitif et ont ainsi balayé le modèle traditionnel hiérarchique basé sur la transmission descendante et dépendante entre le fournisseur et le client. Désormais, chaque membre de la communauté d’une entreprise est à la fois cible et émetteur tous connectés autour de préoccupations, d’affinités, de valeurs identiques  et de qualifications complémentaires pour former ensemble une intelligence collective qui n’est plus orientée sur l’exécution de tâches parcellisées  et dissociées les unes des autres mais dont les compétences  sont sollicitées en fonction des besoins pour participer de manière transversale à la totalité d’un projet.
 
Dans une société collaborative, la formation descendante est disqualifiée
 
L’importance accrue de la production de connaissance a donc exigé une nouvelle organisation du travail. Dans une nouvelle économie caractérisée par l’adaptabilité, la créativité, la réactivité et la prospection, les compétences acquises en formation sont elles pertinentes par rapport aux compétences requises pour l’emploi et permettent elles de se démarquer par la maitrise des process d’innovation ? Même s’il n’y a pas de déficit majeur sur les compétences de spécialité, les soft skills pourtant essentielles dans ce contexte économique apparaîssent largement en deça du niveau attendus par les entreprises. A l’heure où les diplômes ne suffisent plus pour garantir un emploi, les recruteurs recherchent des compétences transversales bien précises qui permettront au futur collaborateur d’être plus rapidement efficace dans un contexte économique et professionnel indéterminés et fluctuants où il n’est plus possible de travailler de manière isolée.
 
La faculté d’apprendre n’est plus suffisante pour répondre aux besoins des entreprises. Dans une récente étude menée par les cabinets de recrutement [3], 49% d’entre eux estiment que les jeunes professionnels manquent de qualités relationnelles, 53% ne savent pas travailler en équipe, 38% sont incapables de résoudre des problèmes et attendent que leur supérieur leur dictent la solution, 41% manquent de créativité. Interrogés sur les raisons qui conduisent les managers à se séparer de leurs jeunes collaborateurs au terme de leur période d’essai, 57% d’entre eux estiment que l’établissement de formation a trop mis l’accent sur la théorie plutôt que sur la connaissance du monde réel, 42% considèrent que les stages et l’apprentissage pratique n’est pas assez développé et 51% pensent qu’il manque des collaborateurs dotés d’un profils intellectuel et pratique poussé. Ces soft skills et l’hybridation des compétences n’ont pas uniquement un rôle important au moment de la première embauche. C’est également un trait dominant pour accéder aux emplois les plus qualifiés et un levier essentiel pour la négociation salariale.
 
En effet, ce changement de société n’est pas sans questionner le modèle de l’enseignement français. L’adaptation de l’enseignement supérieur à son contexte social, politique et financier n’est pas nouvelle. Son histoire révèle une adaptation constante aux bouleversements de la société. L’université libérale des origines où il s’agissait d’instruire pour permettre au peuple de savoir faire la différence entre la vérité et la manipulation a été complètement remise en question au XIXème siècle pour construire une université de recherche caractérisée par la construction des savoirs au service de la science. La dernière évolution est plus récente et a été inspirée aux universités françaises par les établissements anglo-saxons pour permettre l’avènement de l’université de services ou entrepreneuriale axée sur l’application presque immédiate des savoirs à la société. L’enseignement supérieur a donc eu le souci de  s’adapter en permanence à la société et aux événements qui la constituent.  Cependant, même si l’objet de l’apprentissage a évolué, les méthodes employées restent traditionnelles et inadaptées aux besoins de notre société.
 
La hiérarchie des valeurs qui accorde une place considérable à l’intellect structure encore bon nombre de démarches pédagogiques dans l’enseignement supérieur. Ce primat de l’intellect sur le sensible, de la théorie sur la pratique émane directement de la philosophie de la connaissance platonicienne accusant le monde sensible en évolution permanente de tromperie,  contrairement au monde des idées, fixe, considéré lui comme fiable et incarnant les valeurs de vrai et de bien . Partant pour avoir accès à la vérité, il convient de se méfier du sensible et d’accorder une primauté au monde des idées.
 
Dans ce contexte, être intelligent veut dire raisonner selon une logique déductive et maîtriser les humanités au mépris des autres compétences comme la créativité, l'autonomie, la responsabilité, l’argumentation, la flexibilité, l’empathie…
 
Dans la plupart des établissements d’enseignement supérieur, les étudiants sont formés en deux temps. On leur donne dans un premier temps la théorie générale de leur spécialité qu’ils doivent connaitre pour passer dans le meilleur des cas à une schématisation pratique permettant d’illustrer la théorie. Cependant, la théorie proposée dans cette configuration est d’une utilité rétive. Sous couvert de l’utilisation d’un outil conceptuel généralisant, aussi séduisant soit il, elle propose une grille de lecture de la réalité en utilisant une méthodologie unique dans un point de vue étroitement disciplinaire. Cet enseignement de la théorie est nécessairement abstrait et ne peut tenir compte de la complexité et de la diversité des situations réelles. Les hypothèses avancées et les arguments présentés n’évoquent d’ailleurs que des cas exemplaires impossibles à vérifier dans la réalité. Quant à la pratique, elle devient dans ce contexte secondaire et facultative.
 
Créer une expérience pédagogique
 
Ce modèle d’apprentissage est aujourd’hui obsolète pour deux raisons. D’une part, le digital a complètement modifié le rapport au savoir pour les jeunes générations qui ont été élevés avec les jeux videos. Ils ont l’habitude de s’immerger dans des mondes virtuels et de comprendre en faisant. Il est donc complètement aberrant de leur demander de comprendre en établissant une séparation abstraite entre la théorie et la pratique d’une part et entre les disciplines d’autre part. Les générations Y et Z ont été habituées à apprendre en expérimentant. Il est complètement illusoire de demander à l’un d’eux de lire la notice du jeu video avant de jouer comme ils suivent un cours théoriques avant de réaliser une étude de cas sur table, déjà schématisée par rapport à ce qu’ils pourraient rencontrer dans la réalité. Ils jouent et expérimentent en même temps et apprennent en jouant. Leur apprentissage se construit par une parfaite réunion entre la main et la pensée. Par ailleurs en cas de difficulté ils sollicitent leur communauté au moyen de blogs ou de chats pour faire partager leur expérience et trouver la solution. Partant, l’enseignant ne peut plus se positionner comme le sachant.
 
D’autre part, ce modèle d’apprentissage était pertinent lorsque nous vivions dans un monde fermé, où le périmètre de nos connaissances était à la fois spécialisé et limité. Cependant, aujourd’hui, à l’heure de l’économie innovante, l’opérationnalité ne suffit plus. Le travail répétitif est désormais fait par des machines. Le travail de créativité devient l’apanage de l’homme.  Face à cette rupture historique, les entreprises ont besoin de collaborateurs dotés d’un profil créatif et singulier susceptibles de relever des responsabilités dans un monde globalisé. C’est à dire des professionnels capables d’innover pour créer de la valeur. Il est nécessaire de prendre conscience que l’innovation n’émanera plus des disciplines classiques mais au contraire d’une confrontation inattendue entre les spécialités autour d’une problématique commune. Le champ des solutions et la création de valeur se trouveront au cœur même de la pluridisciplinarité.
 
L’école comme hub d’apprentissage entrepreneurial
 
Si à l’ère de la digitalisation des modèles comme Openclassrooms nous montrent qu’il n’est plus nécessaire pour apprendre que l’élève et l’enseignant soient réunis dans la même pièce alors n’importe quelle situation peut être une occasion de formaliser des apprentissages. Tout le monde peut ressentir le besoin d’apprendre et de se perfectionner à tout âge et quelle que soit son cursus. En effet, à partir du moment où le savoir est aujourd’hui incommensurable, quelle que soient la qualité de la formation et sa durée, elle ne sera jamais suffisante pour prétendre répondre aux besoins des professionnels tout au long de leur vie. Autrement dit, l’apprentissage collaboratif devient efficient lorsque le problème réunit des professionnels de génération et d’horizons différents aux côtés de jeunes apprenants. L’école n’est plus considérée comme une tour d’ivoire, lieu de connaissances abstraites soustrait à tout souci de réalité. En aidant les professionnels à établir des situations apprenantes et à en évaluer les compétences, elle répond à une besoin essentiel, celle de voir la personnalité de l’apprenant et ses aptitudes naturelles valorisées pour répondre à une demande réelle. En effet, dans la nécessité de faire correspondre son profil à un cadre d’emploi recherché, chacun est contraint d’étouffer certaines de ses compétences pour ne les laisser s’exprimer que dans un cadre personnel et privé de vacances ou de loisirs. Cependant aujourd’hui, la volonté d’agir concrètement sur notre société est plus importante que jamais. Ces aptitudes naturelles mises en rapport avec le collectif et la demande professionnelle peuvent servir de structure à d’autres apprenants et s’avèrent essentielles dans la résolution de la situation. L’école, considérée comme un lieu ouvert ou chacun peut venir proposer une résolution de problème d’entrepreneuriat. Ceci permet de réaffecter ces aptitudes individuelles en sommeil à de nouveaux espaces de créativité qui auront été construits par affinité, utilité, dans une transmission où chacun « pense avec ses mains ». La réponse finale ne sera pas construite  par une relation hiérarchique ou les uns pensent alors que les autres produisent. La réponse proposée par les apprenants sera alors beaucoup plus efficiente parce qu’elle répondra précisément à une grande diversité des besoins.
 
Le formateur, devenu chef de projet, anime des séances réunissant 10 à 15 personnes dédiées à une problématique précise répondant à un besoin réel d’innovation d’une entreprise. Le temps de ces séances varie en fonction de l’ampleur de la problématique. L’objectif global est de répondre à un besoin de l’entreprise par la création d’un objet ou d’un service en intégrant en amont toutes les expertises des spécialités grâce à une représentation commune du sujet. Le formateur ne peut plus avoir une place hiérarchiquement supérieure aux participants comme dans une classe traditionnelle. Il devient  un assembleur de savoirs et de compétences. Son domaine d’expertise est la pédagogie garantissant un apprentissage expérientiel et durable. Il crée des situations d’apprentissage et de création pour aider les apprenants à grandir, consolider leurs compétences et en acquérir de nouvelles. Il est également garant des projets de la demande des entreprises. Ce projet sera le lien signifiant du réseau constitué pour l’occasion prenant corps dans une multiplicité de rencontres et de confrontations.
 
Dans ce contexte, les écoles ont vocation à devenir des Hubs, des lieux de connexions et d’intéractions pour proposer à des apprenants de concevoir des biens et des services innovants et répondre aux besoins des entreprises tout en saisissant ces demandes comme situation d’apprentissage. Pour former efficacement des managers responsables adaptés aux besoins des entreprises, elle ne peut plus se permettre de proposer à des étudiants d’acquérir un diplôme basé sur l’apprentissage et la redite du cours de l’enseignant. L’école doit devenir une plateforme riche de partenariats professionnels et d’alliances avec son territoire pour créer du lien et permettre aux apprenants de trouver la ressource dont ils ont besoin pour répondre au projet. L’école, ainsi considérée, est plus un milieu qu’un système dans lequel il ne suffit plus de privilégier l’interne sur l’externe mais où le projet pédagogique ne peut tenir que par la  mise en place une boucle récursive qui relie le milieu d’apprentissage et l’entreprise pour faire travailler les apprenants sur des projets pertinents.
 
Une organisation propice à l’innovation
 
Cette organisation basée sur un apprentissage collaboratif s’avère propice à l’innovation. Les participants créent leur projet par leur capacité à créer du lien comme ils ont l’habitude le faire en surfant sur le web. Chaque recherche sur le web est unique parce que ce qui la caractérise n’est pas tant les images et les textes parcourus mais l’assemblage et les liens qui les relient. La connaissance ne se constitue plus à partir d’un seul support mais grâce à divers éléments qui ensemble proposent une lecture singulière d’un fait et une mise en perspective critique par l’élaboration d’analogies ou d’oppositions. Une pensée de la relation s’opère donc sur le web comme en mode projet au sein de Hub d’apprentissage.
 
Le travail se conçoit comme une exploration où les hésitations, les erreurs, les ajustements et les contradictions font partis du processus d’apprentissage dans une logique d’émancipation du savoir où les intelligences pratiques et théoriques ne sont pas opposées [4]. L’itération et la capacité d’apprendre et de s’adapter s’oppose à la logique conventionnelle, planifiée et mécanique. La structure en plateforme rend les participants plus autonomes et responsables disponibles à l’acquisition d’autres savoirs en dehors de leur champ de spécialité.
 
L’ère du switch
 
Dans ces lieux collaboratifs de résolution de problème, on assiste à un dialogue permanent entre la pratique et la théorie. Les deux sont unis dans un même processus dans lequel la connaissance est toujours en émergence et non plus donnée d’avance ne serait ce que partiellement. Le travail de l’enseignant est souvent considéré comme la juxtaposition des différentes étapes de sa démonstration comme on superpose les couches d’un mille feuilles. Nous suggérons au contraire que le geste d’apprentissage consiste moins en une juxtaposition qu’en un processus où chaque pas est la conséquence du précédent tout en servant de structure pour le suivant. Le dynamisme de ces deux phases mène toujours au-delà de la destination initiale, non pas seulement à la connaissance mais à l’innovation. Le processus n’est pas divisé en séquence mais il est dynamique.
 
L’apprentissage dans cette école entrepreneuriale comprend donc à la fois la pratique et la théorie. La théorie n’y est plus enseignée à part, décontextualisée et superficielle. Elle n’est plus délimitée, organisée, guidée, hiérarchisée, manipulée au préalable par un enseignant. Mais grâce à une logique d’émancipation des connaissances et à une procédure conversationnelle ininterrompue, la théorie émerge désormais de la pratique. Cette émancipation intellectuelle caractérise la propagation d’une discipline sur une autre pour en faire éclater les limites et reconfigurer la problématique posée. La réponse se précise et évolue au rythme de cette dynamique grâce à une maïeutique interactive qui permet de résoudre le problème posé de manière collective et amener l’apprenant à s’interroger tant sur la méthode que sur le fond.
 
 Aussi, ce travail d’émancipation intellectuelle permettant de résoudre les défis de notre société contemporaine et créer de l’innovation ne repose ni sur une homogénéité du niveau des étudiants au départ, ni sur un formatage à l’identique mais les liens qu’il est possible d’établir entre les données de nature et d’origine différentes. Il est donc inutile de chercher à utiliser une pédagogie prédictive pour les faire entrer dans un cadre déterminé au préalable mais de prendre en compte leurs aptitudes naturelles, leurs pré dispositions et leurs talents pour les consolider et leur permettre de s’appuyer sur elles afin d’acquérir de nouvelles compétences.
 
C’est à ce prix qu’ils pourront bénéficier d’un enseignement durable dans un monde aux fondements fluctuants, incertains et fragiles et devenir des managers responsables dans un monde globalisé. Ils auront acquis une souplesse d’esprit et une capacité analogique pertinente afin de créer de l’efficacité et de la valeur dans des organisations en mutations constantes où il faut prendre en charge la complexité humaine et sociale, prendre des décisions en incluant l’ensemble des parties prenantes et manager dans une structuration horizontale de l’entreprise en valorisant les individualités. Cette pédagogie éloignera l’étudiant de toutes prises de décisions triviales, dénuées de sens par instrumentalisation  de la théorie.


GEOFFREY MARTINACHE est directeur d’Esupcom Lille et a participé à l’élaboration du bachelor Eductive Group, premier Hub d’apprentissage entrepreneurial.


[1] Parmi eux, il est possible de citer l’étude faite par KPMG en 2015
 
[2] Pour une mise en perspective critique de ces innovations de rupture et leurs implications sociales et sociétales, nous renvoyons à P. GIORGINI, La transition fulgurante, Paris, Bayard, 2015
 
[3] http://www.focusrh.com/relations-ecoles/recrutement-des-jeunes-diplomes/les-diplomes-universitaires-insuffisamment prepares-la-vie-active-27041.html
 
[4] Jacques Rancière dans Le maitre ignorant, 1987, Editions du Seuil, Paris propose une lecture du système éducatif et politique de la société grâce au personnage de Joseph Jacotot. Il part du principe qu’il n’y a pas d’opposition ou d’inégalité entre les différentes intelligences. Le maitre ignorant est celui qui sait révéler la marge de progression de l’autre par une logique d’émancipation du savoir au lieu de l’écraser sous le poids de ses connaissances.
 


Geoffrey MARTINACHE





Facebook
Twitter
Rss
Mobile