Connectez-vous S'inscrire
Revue de Management et de Stratégie
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Le lobbying enfin reconnu


Mathieu Quétel



Le vaste projet de loi en préparation à Bercy sur la transparence de la vie économique et la lutte contre la corruption vise à insuffler transparence et bonnes pratiques dans le métier de lobbyiste. On ne peut que se féliciter d’une telle initiative.


Un outil au service des entreprises


Le lobbying suscite trop souvent une forte réserve alors qu’il constitue un élément essentiel à la fois du débat démocratique et de l’entreprise. Le monde économique a besoin d’être compris du politique, il doit pour cela mieux communiquer avec les décideurs politiques et leur donner les informations utiles à la prise de décision. Pour être efficace, il est essentiel que chacun sache d’où parle l’autre et quels sont les intérêts qu’il défend. En ce sens, l’existence d’un registre obligatoire présente un intérêt certain.


Bonnes pratiques et registre obligatoire


Les bonnes pratiques préconisées par le projet de loi dessinent un paysage actuel encore largement traversé par des méthodes qui relèvent du « lobbying à la papa ». Ainsi les lobbyistes auront ils désormais l’obligation de dévoiler l’identité de leur client, de s’abstenir d’offrir des cadeaux de valeur significative, de fournir des informations trompeuses, de revendre à des tiers des documents du gouvernement, d’organiser des colloques avec des prises de paroles rémunérées dans des bâtiments administratifs…


Le registre national obligatoire concernera tous les représentants d’intérêts qui souhaitent entrer en contact avec des représentants du gouvernement, leur cabinet, les autorités indépendantes ou encore certains hauts fonctionnaires. Il ressemblera à ce qui existe déjà au Sénat et à l’Assemblée Nationale, mais ceux-ci ne sont pas obligatoires. Pour le moment les associations cultuelles et les partenaires sociaux seront exemptés.


Le dispositif sera placé sous le contrôle de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) qui aura le pouvoir de sanctionner les dérapages déontologiques par des sanctions assez symboliques comme des mises en demeure ou des amendes pouvant atteindre 30.000 €.


Vers une reconnaissance du lobbying


De nombreux entrepreneurs confrontés à leur méconnaissance du monde politique ainsi qu'à la mauvaise image des lobbyistes, hésitent encore à se lancer dans une démarche institutionnelle. Ils n'ont pas encore pris conscience que celle-ci s’impose au même titre que la présence à leur côté d’un expert comptable, d’un service de R&D ou encore de communication.


Le lobbying est un véritable outil au service du dirigeant qui lui permet de mieux appréhender son environnement institutionnel au sens large et d’interagir avec lui. Tout entrepreneur, dont l’activité dépend de la décision publique, devrait adopter une réelle démarche adaptée basée sur une véritable stratégie.


Gageons que ce projet de loi, défendu par Michel Sapin, qui devrait être présenté le 23 mars en Conseil des ministres participera à la prise de conscience collective de l’urgence qu’il y a pour le monde économique à entrer positivement en contact avec les décideurs politiques.
 

Mathieu Quétel, Président Fondateur chez Sountsou
 
Pour citer cet article : Quétel, M., 2016, Le lobbying enfin reconnu, 14 février, RMS Magazine.  
 
 

Mathieu Quétel






Nos Partenaires
Revue Internationale d'Intelligence Economique (R2IE)
La Revue des Sciences de Gestion (La RSG)
Réseau PGV
Observatoire des Think Tanks (OTT)
Association Information et Management (AIM)
Le CIGREF


Facebook
Twitter
Rss
Mobile