Connectez-vous S'inscrire
Revue de Management et de Stratégie
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Grands projets : les 20 facteurs de vulnérabilité pour les entreprises




Eddy Fougier


L’exemple de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes montre bien que les maîtres d’ouvrage de grands projets font désormais face à un important risque de contestation, voire de blocage et même d’annulation. Cependant, on a désormais suffisamment de recul pour pouvoir identifier quels peuvent être les principaux facteurs de vulnérabilité de ces projets face à de tels risques.



Nombre de grands projets montrent que les entreprises ou les autres acteurs qui sont les maîtres d’ouvrage de ces grands projets font face à un risque de ralentissement, voire de blocage et même d’annulation. Parmi les exemples récents qui ont largement alimenté la chronique, on retiendra l’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (NDDL). Il en avait été de même auparavant du projet de retenue d’eau de Sivens (Tarn). Le projet de Center Parcs à Roybon (Isère) avait été bloqué. Le projet d’enfouissement profond des déchets radioactifs à Bure (Meuse), dont une partie du site (bois Lejuc) a fait l’objet d’une occupation par des activistes de l’été 2016 au mois de février 2018. On peut encore citer les manifestations régulières d’opposants au projet de centre commercial et de loisirs géant EuropaCity au nord de Paris.

Ces grands projets d’équipements publics ou privés ou d’infrastructure, qualifiés par les contestataires de « grands projets inutiles imposés », font, en effet, l’objet d’une contestation. Cela concerne des projets d’infrastructure routière, ferroviaire ou aéroportuaire, de centrales nucléaires, d’installation d’éoliennes ou d’antennes de téléphonie mobile, d’enfouissement de déchets radioactifs, de barrages, de grand stade, de centres commerciaux, de clubs de vacances ou encore de fermes géantes.

Les maîtres d’ouvrage ne sont pas pour autant démunis face à un tel risque de contestation, car on a maintenant un retour d’expérience, notamment suite à ce qui s’est passé du côté de NDDL, qui peut leur permettre d’identifier quels sont les facteurs de vulnérabilité de leurs projets. Les projets sont ainsi susceptibles d’être contestés s’ils ont une ou plusieurs des caractéristiques suivantes :

1 - Le projet peut avoir un impact concret négatif pour les riverains. Celui-ci peut être direct (impact réel ou potentiel sur la santé, l’environnement ou la beauté du paysage ; nuisances diverses, comme le bruit ou les odeurs ; expropriations ou artificialisation de terres agricoles) ou bien indirect (impact sur le prix de l’immobilier ou l’image d’une région). C’est d’autant plus le cas si les riverains jugent que cet impact négatif est plus important que les gains que peut procurer le projet.

2 - Le maître d’ouvrage ou le concessionnaire est une grande entreprise privée ou publique qui a une image plutôt négative, auprès des riverains, comme auprès de l’opinion à l’échelle nationale.

3 - Le projet n’est pas perçu comme ayant une utilité véritable pour les riverains, le développement de la région et/ou la société française. Il semble être développé uniquement dans une logique économique pour le seul bénéfice du maître d’ouvrage (ou d’une population spécifique, comme les agriculteurs à propos de barrage de Sivens) et au détriment du bien commun.

4 - Celui-ci est vu comme un projet au sein du territoire, mais pas du territoire, qui ne se l’est pas vraiment approprié. Il est perçu comme « imposé » d’en haut et comme une greffe extérieure au territoire qui ne prend pas.

5 - La contestation du projet est ancienne. Les opposants locaux sont bien organisés depuis une assez longue période en associations et en collectifs et ils s’appuient sur une contre-expertise jugée plutôt crédible.

6 - La politique de « compensation » financière mise en place par le maître d’ouvrage fait l’objet de critiques à l’échelon local, en donnant notamment l’impression que celui-ci « arrose » et « achète » le territoire et notamment les élus locaux pour obtenir leur consentement ou, au moins, leur indifférence.

7 - Le projet est implanté dans un espace naturel protégé (zone humide par exemple) avec des espèces animales et végétales protégées.

8 - Il comporte un certain nombre de points vulnérables d’un point de vue juridique. Il est donc susceptible de faire l’objet de nombreux recours judiciaires et même d’être bloqué par des actions de guérilla judiciaire de la part des associations d’opposants, comme on peut le voir actuellement à Roybon.

9 - Le projet n’a pas fait l’objet d’un processus de consultation, de dialogue et de concertation jugé suffisamment crédible aux yeux des riverains et des populations locales. Celui-ci n’a pas porté, par exemple, sur son opportunité même. Même si le maître d’ouvrage pense avoir fait le maximum, qu’un débat public a été organisé sous l’égide de la Commission nationale du débat public (CNDP) et que le projet a fait l’objet d’une déclaration d’utilité publique (DUP), ce qui compte en la matière, ce sont les perceptions des populations locales, que celles-ci soient fondées ou pas.

10 - Le site sur lequel doit s’édifier le projet est un territoire d’une superficie assez vaste, difficilement contrôlable (il est difficile de « tenir le terrain ») et que des opposants peuvent facilement occuper (paysage de bocage, bois, présence d’habitations ou de fermes abandonnées, routes qui peuvent être facilement coupées, etc.).

11 - La situation est bien évidemment encore plus compliquée lorsque des opposants occupent un site, a fortiori lorsque ce site est jugé « stratégique » pour la réalisation du projet par le maître d’ouvrage.

12 - Les occupants permanents d’un site sont nombreux (ils se comptent en plusieurs dizaines), déterminés, et recourent à des actions de blocage des travaux et de harcèlement de représentants des forces de l’ordre, de membres du personnel du maître d’ouvrage ou de sous-traitants ou encore de vigiles privés.

13 - Les « zadistes » sont soutenus par les opposants légalistes traditionnels, voire par certains élus locaux, malgré les tensions qui peuvent exister entre les uns et les autres.

14 - Les autorités publiques et judiciaires font preuve d’une certaine mansuétude à l’égard des occupants qui commettent des actes illégaux, comme cela a été semble-t-il le cas à Notre-Dame-des-Landes, donnant quelque peu aux « zadistes » un sentiment d’impunité et un « permis d’occupation » implicite.

15 - Le site est à proximité d’une grande ville, et notamment d’une ville universitaire avec ses contingents potentiels d’activistes d’extrême gauche, et dans une région économiquement plutôt dynamique où des « zadistes » peuvent trouver assez facilement un emploi à temps partiel et une source de revenus.

16 - Le projet se situe dans une région à forte tradition contestataire, comme peuvent l’être, par exemple, la Bretagne ou la Loire-Atlantique.

17 - Le projet est d’une nature potentiellement anxiogène et/ou controversée. Il est donc susceptible d’entrer en résonance avec des sujets de préoccupation d’associations nationales, de partis politiques et d’une partie de l’opinion publique. Les ONG et certains partis (notamment les partis de la gauche radicale et écologiste) peuvent alors s’en servir de levier pour dénoncer telle ou telle décision ou politique gouvernementale. C’est bien évidemment encore davantage le cas lorsque cette controverse fait l’objet d’une incertitude scientifique.

18 - Les élus locaux, départementaux et régionaux sont divisés sur le projet, tout comme le gouvernement et les partis de gouvernement. Cela devient compliqué, en effet, lorsque le soutien effectif du gouvernement et de l’État à sa réalisation laisse à désirer.

19 - La nature du projet, l’importance des mouvements locaux d’opposition et surtout les violences perpétrées par les « zadistes » sont susceptibles d’attirer l’attention des médias généralistes nationaux, notamment des chaînes d’information en continu. C’est encore plus le cas s’il y a un blessé grave parmi les manifestants et a fortiori un mort, à l’instar de Rémi Fraisse en 2014 au sein de la ZAD du Testet à Sivens (Tarn).

20 - Un référendum ou des sondages sont réalisés à l’échelon local ou a fortiori à l’échelle nationale.

Pour finir, le risque de ralentissement ou même de blocage, voire d’annulation des grands projets peut se concrétiser tout particulièrement lorsque les maîtres d’ouvrage font face à ce que l’on pourrait appeler un double « alignement de planètes ». Le premier se produit, dans un premier temps à l’échelon local, lorsque le porteur d’un projet se heurte à une opposition commune (1) des populations riveraines (notamment des agriculteurs), (2) des élus locaux, (3) des opposants associatifs « historiques » et (4) de « zadistes ». On peut avoir également un second alignement de planètes à partir du moment où les enjeux autour du projet sont « nationalisés ». Dans ce cas, il se produit lorsque (1) des médias généralistes, (2) des associations nationales et une partie (3) du monde politique et (4) de l’opinion publique s’y intéressent aussi en en ayant une vision majoritairement critique.

Dans un tel contexte, les entreprises ou les acteurs économiques qui développent des grands projets doivent être particulièrement vigilants dans trois domaines spécifiques — l’acceptabilité du projet, la communication et le storytelling — et donc privilégier un certain nombre d’actions qui vont dans ce sens.

Ils doivent, en premier lieu, tout faire pour améliorer l’acceptabilité territoriale (riverains) et, au-delà, l’acceptabilité sociale (grand public) de ces projets en cherchant, si possible, à être dans une logique de co-construction avec les parties prenantes concernées autour des principes de consultation, de dialogue, de concertation et de transparence.

Ils doivent aussi privilégier des actions de communication qui répondent aux préoccupations et aux interrogations des populations riveraines et locales, a fortiori dans les périodes de crise.

Enfin, ils doivent « soigner » le storytelling de ces opérations en vue de gagner la « bataille du récit » et ainsi éviter à tout prix deux cas de figure assez classiques dans ce type de situation. Le premier est le syndrome « Astérix village des irréductibles Gaulois » face aux méchants Romains (rappelons que l’opération d’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes en 2012 avait été appelée « Opération César » par les forces de l’ordre…) ou encore David contre Goliath. C’est la « belle histoire » de citoyens qui ont décidé de s’élever contre un projet qu’ils jugent nuisible et de lutter bénévolement avec peu de moyens pour défendre leur territoire face à une grande entreprise uniquement motivée par le profit et qui agit sans prendre en considération le point de vue des locaux et au mépris de leur santé et de l’environnement. Le second concerne plus précisément les zadistes. C’est le syndrome du « romantisme révolutionnaire » incarné par de jeunes rebelles qui se battent pour un monde meilleur et pour expérimenter ce que pourrait être un autre monde face au cynisme et à l’arrogance du maître d’ouvrage qui incarne le « grand méchant capitalisme ».

--
A propos de l'auteur 

Eddy Fougier est politologue, spécialiste des mouvements protestataires, et consultant indépendant. Il est notamment l’auteur de Les Zadistes (1) : Un Nouvel anticapitalisme et de Les Zadistes (2) : La tentation de la violence (Fondation pour l’innovation politique, Paris, 2016), et le coauteur de Corporate bashing (Fondation pour l’innovation politique, Paris, 2018).


Eddy Fougier




Facebook
Twitter
Rss
Mobile