Connectez-vous S'inscrire
Revue de Management et de Stratégie
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Peut-on parler d’un modèle de gouvernance participatif, centré sur les enjeux sociaux et environnementaux des entreprises sénégalaises ?




Cheikh Mbacké Diop, Serigne Ahmadou Gaye





Auteurs

Cheikh Mbacké Diop, Serigne Ahmadou Gaye

Résumé

Ce papier a pour objet d’analyser la gouvernance des entreprises sénégalaises face aux défis de l’implication des parties prenantes et des enjeux sociaux et environnementaux. L’analyse est faite sous l’éclairage des courants contractuels de la gouvernance d’entreprise et des théories des parties et des contrats sociaux intégrés. Les données sont collectées avec un questionnaire d’auto-évaluation du MAEP (mécanisme d’évaluation par les pairs) et auprès de 224 organisations (privées, publiques et à but non lucratif). Une assistance technique de l’ANSD (Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie) et opérationnelle de quinze (15) enquêteurs a facilité l’administration du questionnaire et l’obtention des informations nécessaires. L’analyse de ces dernières laisse croire que le modèle de gouvernance des organisations sénégalaises n’est pas fondamentalement moniste ou exclusivement actionnarial. Il existe une légère ouverture en termes de dialogue avec les employés, une relative prise en compte de leurs conditions de travail et une attitude positive orientée vers la préservation de l’environnement. Cependant, des insuffisances relatives à une absence d’implication des acteurs comme la communauté, la société civile etc. ; de politique genre ; de promotion de l’égalité des sexes et de communication sur les externalités négatives sur l’environnement sont notées.

Télécharger l'article au format PDF



Cheikh Mbacké Diop, Serigne Ahmadou Gaye




Facebook
Twitter
Rss
Mobile